septembre 3, 2016

« je n’ai pas fini de dire ce que je voudrais dire » !

Homélie
Depuis plusieurs jours je suis comme vous :
bouleversé par ce qui s’est passé à Nice et
douloureux de l’assassinat d’un homme de Dieu dans la maison de Dieu
Et du coup se bousculent dans ma tête les mots miséricorde, pardon, amour des ennemis

 

Le drame de Saint-Etienne-du-Rouvray a provoqué chez chacun de nous une tempête de sentiments et d’émotions, et plein de questions. Nous étions dans la douleur avec toutes les familles endeuillées à Nice.
Comme vous, j’ai beaucoup entendu « je suis sans voix », ou « je ne sais pas quoi dire », « et puis vous rendez compte : dans quel monde on vit ! ».
Exprimer cela est légitime !
Il faut ce temps du questionnement, de la révolte, de toutes les idées contradictoires qui se bousculent dans nos têtes….
Mais il faut se donner le temps de la réflexion, de l’intériorisation, de la prière…..
Avec un peu de recul, il faut commencer à se dire les choses, nouer un dialogue confiant, entre nous et avec Dieu lui-même.
Encore une fois….il n’y a pas de sentiments tabous.
Commençons par reconnaître les sentiments qui nous habitent, même s’ils sont « primaires » : rage, colère noire, découragement absolu, sentiment de haine et désir de vengeance.
C’est inscrit en nous…. C’est aussi nous, dans notre limite humaine, qui vivons ces moments où l’incompréhension est totale !

 

Texte prononcé le dimanche 29 juillet 2016, en la cathédrale de Saint Denis, par Eugène DOUSSAL.

Divers , Témoignages
Share: / / /